Lancement de Marseille Provence 2013

18heures. Départ.
Au métro, jamais on n’a vu autant de monde. Il y a la queue jusque dehors pour acheter un ticket. Heureusement, prévoyants, nous avions déjà acheté des tickets pour l’aller et le retour. Et même pour monter dans le train, il a fallu attendre qu’un vide arrive.
Nous descendons donc à Noailles. Noir de monde. Et pourtant il faut noter que c’est l’un des différents parcours à travers Marseille. Autour de nous, un premier bus musical. Lorsqu’on lève les yeux au ciel, des lumières, des jeux avec de petits personnages qui dansent au rythme de la musique. Une superbe fresque en trompe l’oeil inaugurée aussi sur la Canebière.
Nous n’avancions pas, nous nagions dans la foule.

Le Vieux Port noir de monde.

Une fois arrivés au bord du Vieux Port comme par magie, il est 19heures. Heure officielle du lancement. Premier d’artifice. Toutes lumières s’éteignent pour la grande clameur. Des milliers de personnes se sont mises à crier, à siffler, tous en même temps. Un moment très émouvant. Toutes ces personnes, pas des marseillais, mais des milliers d’âmes vibrant ensemble, dans une complicité sans égal. Les gens vous regardent, rient avec vous, il n’y aucune gêne, aucun protocole, seulement de la spontanéité et un esprit déjà très festif qui réunissait tout le monde. Des jets d’eau en plein milieu du port on alors jailli, de différentes couleurs, du plus bel effet avec les reflets sur l’eau. Des feux d’artifices tout simplement splendides orneront aussi le ciel. Toutes heures. Notre Dame de la Garde, devant les yeux émerveillés de tout le monde a elle aussi revêtu ses plus belles lumières.

Lumière sur l'eau.

Notre Dame de la Garde.

Nous avons choisi de continuer la soirée en direction d’abord du J4, pour voir le Mucem, le musée de la Méditerranée. Seul regret, la difficulté à se déplacer tant il y a de monde, mais toujours dans la joie et la bonne humeur. Les bateaux en mer nous font des signes, clament au aussi. Le Fort Saint Jean est lui aussi magnifiquement orné de lumières de couleurs. Un vrai plaisir pour les yeux. Après plusieurs dizaine de minutes de marche, on découvre enfin le Mucem au loin, les mots me manquent. On croirait qu’il est suspendu dans le vide, en trois dimensions. Dans la nuit noire et comme le Mucem est à côté de l’eau, presque sur l’eau, les reflets des lumières dans la Méditerranée nous donnent l’impression d’être dans un tout autre monde. Féérique. Malheureusement, une fois arrivés sur place, on découvre que le Mucem n’est pas encore terminé et qu’il ne pourra pas ouvrir ses portes encore au public. C’était pourtant LE lieu à voir en ce weekend d’ouverture.
20heures.

Le Mucem.

Un feu d’artifices encore plus beau que le précédent. Comme des enfants nous avons tous des étoiles dans les yeux. Nous continuons donc de marcher vers la Vieille Charité. Nous empruntons le quartier du Panier. Le plus vieux quartier d’Europe, avec son charme, ses petites ruelles, ses boutiques artisanales. Elles étaient toutes ouvertes au public en cette nuit, pour (re)faire découvrir à tous l’artisanat local, le Made in France et en l’occurrence, le Made in Marseille. Nous nous promenons donc dans ses petites ruelles, l’ambiance est à la fête, nous plaisantons avec les passants, les passants plaisantent avec nous. Nous nous arrêtons, nous observons les petits détails, ce quartier semble être tout autre la nuit. Nous mettons presque une heure à arriver à la Vieille Charité, puisqu’une fois sur place nous pouvons à nouveau admirer un nouveau feu d’artifices. Nous sommes alors invités à retourner plusieurs siècles en arrière au XVIème sicèle: le Moyen-Âge, pour le Balbaroc. Un bal baroque. Cependant il faut attendre un petit peu. Nous menaçons donc de refaire une Révolution Française et de prendre la Bas… la Vieille Charité. Les agents de sécurité nous laissent donc entrer. Et pendant plus d’une heure nous valsons, nous faisons des rondes, des pas de danses comme à la cour du Roi, sur des rythmes médiévaux. Dépaysement temporel garanti! Qui plus est, tout le monde invite tout le monde, un moment fort sympathique. Nous continuons donc notre chemin, vers la Joliette. Nous avons pu voir des artistes qui font des statues de glaces, finesse et précision. Un régal pour les yeux. Tout à côté un autre bus magique qui offre de la musique, l’occasion de danser à nouveau avec tous les autres, en pleine rue, avec tous les jeux de lumières. Des plumes blanches pleuvent, la musique est excellente. Un régal pour les oreilles. Le bus s’en va en chemin inverse, nous continuons donc notre promenade festive, nous rencontrons plusieurs fanfares, des musiques du monde. Nous sommes invités à danser.

Feux d'artifices.

Nous nous rendons ensuite vers le J1 pour y voir une exposition sur le thème de la Méditerranée. On y découvre d’abord une exposition photo, des photos de famille, des photos de Marseille et des ses couchers de soleil. La Méditerranée avec l’oeil de chacun. 23heures, un nouveau feu d’artifices, le plus magnifique de la soirée puisque de la baie vitrée de l’exposition donnant sur la mer, nous voyons ces explosions de lumières de très près, avec la mer qui brille elle aussi en reflets.

Quand je serai grand.

Port de la Joliette vu du J1.

Nous mettons un petit message sur le livre d’or disposé devant l’entrée de la grande exposition sur la Méditerranée. « Merci pour ce moment de partage » pouvait-on lire.
Nous pouvons ensuite entamer un voyage sans bouger à travers le temps en l’espace. Grèce, Italie, Turquie, Egypte, Empires Ottomans, France. Des objets qui ont survécu aux millénaires, des moments d’histoire et puis de courts films qui nous montrent ce qu’est devenu le pays aujourd’hui. Des manifestations grecques jusqu’aux revendications des féministes italiennes, on se rend alors compte que les millénaires ont passé mais que les revendications sont à peu près les mêmes. Soif de démocratie et d’égalité.

Minuit. Un dernier feu d’artifice et l’heure pour Cendrillon de rentrer.

La soirée était vraiment parfaite, malgré quelques petites déceptions comme l’engorgement des rues (mais c’est un signe de réussite plutôt), le Mucem qui était fermé ou encore le fait que dès lundi, les accès à toutes ces manifestations culturelles seront payantes.Autour de neuf euros en moyenne. La culture ça coûte cher. Une soirée inoubliable donc, très émouvante, très complice. Elle aura permis de mettre des étoiles dans le coeur et dans les yeux. Une soirée qui aura permis de créer un moment de partage entre tous les individus sans aucune différence, sans préjugés. On connaît Marseille pour le soleil qu’elle a dans son ciel, mais ce soleil est aussi bel et bien dans les coeurs de ses habitants, même si on a pu l’oublier, peut-être.
Des rires, de la danse, de l’émerveillement et de la nostalgie…

Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013, c’est parti!

La Robe Rouge

 

A tantôt tout le monde!

La Robe Rouge (qui a des courbatures partout).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s